Accueil / Nos placements / Assurance-vie

L’assurance-vie en 2020 Explication

Mis à jour le 25/08/2020

Qu'est-ce qu'une assurance-vie ?

Une assurance-vie est un placement financier qui permet de se constituer ou de faire fructifier un capital dans l’idée de le transmettre. C’est un excellent moyen de construire un patrimoine, ou de valoriser des capitaux existants.

Deux types de contrats existent, leur différence :
Le risque assumé par le souscripteur

Sommaire :

 

De l’or au pétrole en passant par les énergies renouvelables, le contrat d’assurance-vie est le seul à proposer des placements aussi diversifiés. Avec des risques minimisés, des contraintes limitées et des conditions de succession avantageuses, l’assurance-vie est, et reste depuis de nombreuses années, le placement financier préféré des français.

 

Deux types de contrats existent, leur différence : le risque assumé par le souscripteur.

 

 

Le contrat d’assurance-vie et les fonds en euros

A- L’assurance-vie et les fonds en euros : quel intérêt en 2020 ?

L’assurance-vie dite monosupport n’est constituée que d’un seul type de support d’investissement : les fonds en euros. Ce contrat est plutôt adapté aux profils prudents, qui souhaitent limiter le risque de leurs placements. En effet, le fonds en euros comporte une garantie en capital, ce qui signifie que le montant de base investi lors de la souscription de l’assurance-vie ne sera jamais perdu, et ce quelles que soient les fluctuations du marché. Ce placement est donc plus sécuritaire puisque le risque financier est uniquement porté par la compagnie d’assurance, et la valeur lors du rachat ne pourra jamais être inférieure à l'investissement réalisé. D’autre part « l’effet cliquet » permet d’assurer une rentabilité régulière du fonds en euros. Ce mécanisme financier implique que la totalité des intérêts acquis chaque année grâce aux fonds en euros, seront obligatoirement et définitivement gagnés, et s’ajouteront donc au capital de l’assurance-vie.

 

guide des placements

 

B- De quoi sont constitués les fonds en euros en assurance-vie ?

Les placements en fonds en euros en assurance-vie sont très peu risqués puisqu’ils sont constitués majoritairement d’obligations, et notamment d’obligations d’État, de bons du trésor, et d’obligations d’entreprises. Les actions quant à elles, qui dépendent donc des fluctuations du marché, ne constituent que généralement 9 % des placements en monosupport. Les placements en immobilier sont également intéressants puisque, au-delà des intérêts perçus, le bien immobilier peut prendre en plus-value au fil des années. Enfin les souscripteurs d’une assurance-vie peuvent également placer des liquidités ou des titres monétaires qu’ils peuvent aisément retirer dans le cadre d’un rachat d’assurance vie.

 

Pourquoi le rendement des fonds en euros en assurance-vie est-il en baisse ?

Sécurité, flexibilité, diversité de placements… Les placements en fonds en euros offrent de nombreux avantages, mais ne procurent cependant qu’un faible taux de rendement.

En effet, mise en parallèle avec l’inflation, la rentabilité des placements en fonds en euros ne cesse de baisser. Cela s’explique notamment par les nombreux placements en obligations d’État, qui se conservent sur de très longues années et dont la rentabilité ne cesse de chuter.

En définitive, le contrat d’assurance-vie monosupport reste avantageux dans le sens où il offre une vraie sécurité. En revanche, sa faible rentabilité notamment à cause de placements en obligations d’État, invite à optimiser et à diversifier les placements, notamment en immobilier ou en actions. Pour cela, les conseillers en gestion de patrimoine chez Valofi, sauront vous orienter sur tel ou tel placement en fonction de votre profil-risque et de votre projet.

 

 

Le contrat d’assurance-vie et les unités de compte

A- L’assurance-vie et les unités de comptes : définition

Les contrats d’assurance-vie multisupports sont composés « d’unités de compte » (UC), qui sont libellées en nombre de parts, et non pas en euros. Comme son nom l’indique, le contrat multisupport est constitué de différents fonds, eux-mêmes investis sur les marchés financiers et immobiliers.

 

Forme la plus moderne de l’assurance-vie, les contrats multisupports offrent de meilleures perspectives de rentabilité que les contrats monosupports, mais aussi davantage de possibilités d’investissements. En outre, ce type de contrat présente des risques sensiblement supérieurs puisqu’il ne propose pas de garantie sur le capital et que les fonds investis en unités de compte évoluent en fonction des fluctuations du marché. Deux modes de gestion sont possibles dans le cadre de ce contrat d’assurance-vie : tout dépend du degré d’intervention que souhaite accorder l’épargnant à un expert.

 

 

B- La gestion libre ou conseillée

Comme son nom l’indique la gestion libre instaure que l’épargnant puisse gérer son contrat d’assurance-vie de façon totalement autonome. Il choisit lui-même les supports en unités de compte sur lesquels il souhaite investir et répartit librement son épargne entre les différents supports financiers, unités de compte et fonds en euros.

 

La gestion conseillée est à mi-chemin entre la gestion libre et la gestion pilotée. L’expert n’intervient qu’en tant que conseiller et ne pourra pas agir directement sur le contrat d’assurance-vie de l’épargnant.

 

C- La gestion pilotée

Contrairement aux deux types de gestion précédentes, l’épargnant confie l’intégralité ou une partie de ses choix d’investissements en UC et les arbitrages qui y sont liés à un expert de l’assurance-vie. Généralement, il s’agit d’une filiale de l’assureur qui possède une grande connaissance des marchés financiers. Par exemple Valofi travaille avec la société mondialement connue Rothschild, à laquelle l’épargnant donne un mandat de gestion pilotée. Comme pour la gestion conseillée, l’assureur dresse un portrait d’investisseur poussé, afin que les investissements effectués soient en corrélation avec les risques financiers que l’épargnant est prêt à effectuer.

 

La fiscalité de l’assurance-vie

A- La fiscalité en cas de vie

La loi de finances 2018 a mis en place le Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) ou « Flat tax », applicable à l’ensemble des revenus des placements financiers dont l'assurance-vie. Ce dispositif qui s'applique à cette nouvelle fiscalité de l'assurance-vie concerne les rachats effectués depuis le 1er janvier 2018.

 

Pour vous assurer de la fiscalité relative à votre assurance-vie lors d’un rachat, il est nécessaire de considérer la date des versements concernés. Pour les versements effectués jusqu’au 26 septembre 2017, pas de changement, l’ancienne fiscalité reste en vigueur quel que soit le montant. Pour les versements effectués depuis le 27 septembre 2017 : le nouveau dispositif PFU s’applique. Lorsque le rachat intervient passés les 8 ans de votre assurance-vie, un abattement annuel s’applique sur la part d’intérêts rachetée.

 

Nota bene : Vous avez toujours la possibilité de choisir entre l’impôt sur le revenu et le PFU.  À savoir que le PFU s’applique à l’ensemble des revenus du patrimoine pour l’année.

 

B- La fiscalité en cas de décès

Dans le cadre d’un rachat d’assurance-vie suite au décès de l’assuré, la fiscalité appliquée dépend de la date d’ouverture du contrat d’assurance-vie, de la date des versements effectués, de l’âge au moment des versements et du montant des capitaux transmis lors du décès.

Dans la majorité des cas, les bénéficiaires sont exonérés des droits de succession. Sont exonérés le conjoint survivant et le partenaire lié au défunt par un PACS, ainsi que les frères et sœurs sous certaines conditions. Dans certains cas, les primes font l’objet d’un prélèvement : par exemple, 20 % sont taxés sur les primes si la part recueillie par le bénéficiaire est supérieure à 152 500 € et que les versements ont été effectuées après le 13 octobre 1998.

Enfin, les intérêts du contrat d’assurance-vie qui n’ont pas encore été taxés sont assujettis aux prélèvement sociaux, au taux de 17,2 % depuis le 1e janvier 2018.

L’IFI

L’IFI ou Impôt sur la Fortune Immobilière a remplacé l’ISF ou Impôt de Solidarité sur la Fortune, depuis le 1er janvier 2018. Sont concernés tous les contribuables dont le patrimoine immobilier net (SCPI, SCI, OPCI) excède 1,3 million d’euros. La base taxable correspond à la valeur du patrimoine net imposable au 1er janvier 2018.

 

 

L’assurance-vie contre la crise

 

En fonction de la conjoncture économique, l’assuré peut procéder à différents arbitrages sur son contrat d’assurance-vie. Cette démarche est notamment liée aux investissements en unités de compte, qui dépendent des fluctuations du marché et dont les contrats ne proposent pas de garantie capital. Il existe de nombreuses solutions pour changer de répartition entre les fonds et rééquilibrer ses placements.

  1. Les options de gestions possibles

Les transferts programmés : la volatilité des marchés est telle qu’il est difficile de savoir quel est le meilleur moment pour investir dans une assurance-vie. Les transferts programmés permettent de lisser les points d’entrée sur les marchés : au lieu de placer ses liquidités directement sur un support en unités de compte, celles-ci sont placées sur un « fond d’attente » qui ne fluctue que très peu. C’est l’assuré qui donnera les règles de gestion, à savoir ; la valeur du montant et à quelle récurrence il souhaite transférer ses liquidités sur le support en UC.

La limitation des moins-values : En assurance-vie, pour limiter l’impact lors de la revente d’une action par exemple, l’assuré peut demander une limitation des moins-values. L’action est alors revendue lorsqu’elle a atteint un pourcentage de baisse que l’assuré estime trop important. La limitation des moins-values peut-être relative, c’est le cas lorsque le seuil de moins-value est atteint, non pas par rapport à la valeur initiale de l’investissement, mais en fonction du plus haut niveau atteint par les fonds. La contrepartie de cette option, est qu’elle limite également la plus-value à un certain pourcentage.

Les fonds immobiliers : Les fonds immobiliers en assurance-vie permettent également de résister aux crises car ce marché ne perd que très rarement de sa valeur. En effet, la pierre est une valeur refuge : ce placement n’est que peu corrélé aux tendances du marché en action et garantit de bonnes conditions de revente.

L’expertise Valofi dans les contrats d’assurance-vie

La force de Valofi dans l’assurance-vie, réside dans son approche méticuleuse des différents profils d’investisseurs. À chaque consultation, les conseillers dressent un portrait poussé de l’épargnant, déterminé à partir d’un test déontologique pour pouvoir établir un profil-risque. De cette manière, les options de gestions et arbitrages proposés restent toujours en corrélation avec les souhaits et les projets de l’assuré.

À l’écoute, nos conseillers mettent toute leur expertise et leur savoir-faire dans l’assurance-vie au service des investisseurs pour leur proposer des solutions sur mesure, en accord avec les visions de chacun.

La FAQ de l'assurance-vie

 

PEL ou assurance-vie ?

Que choisir entre pel ou assurance-vie ? Ces deux placements ont chacun leurs atouts et les deux vous permettent d'épargner pour un futur achat immobilier. Découvrez lequel des deux s'adapte le plus à votre projet d'éparge.

 

PEA ou assurance-vie ?

Que choisir entre pea ou assurance-vie ? Si vous souhaitez investir en bourse le PEA comme l'assurance-vie détiennent leurs avantages. Découvrez lequel des deux privilégier en fonction de la durée de votre investissement de votre profil risque.

 

PERP ou assurance-vie

Epargner pour sa retraite est la priorité de nombreux français. Entre PERP ou assurance-vie que faut-il privilégier pour bénéficier des meilleurs avantages fiscaux et de souplesse.

 

Déclarer son assurance-vie

L'assurance-vie offre de nombreux avantages fiscaux en fonction de la durée de détention du contrat. Découvrez comment déclarer son assurance-vie.

 

Transfert assurance-vie

Découvrez sous quelles conditions vous pouvez effectuer un transfert d'assurance-vie et son impact sur les avantages fiscaux obtenus. 

 

Nantissement assurance-vie

Découvrez ce qu'est le nantissement d'une assurance-vie et les deux principaux avantages que cela offre à l'assuré, grâce à un cas concret.

 

Loi TEPA assurance-vie

Découvrez comment la loi TEPA impacte l'assurance-vie, notamment en matière de droit de succession et de fiscalité.

 

Prélèvements sociaux assurance-vie

Découvrez comment fonctionnent les prélèvements sociaux sur l'assurance-vie et fonction notamment de l'ancienneté et de votre type de contrat. 

 

Assurance-vie et divorce

Découvrez quel est l'impact d'un divorce sur un contrat d'assurance-vie notamment au niveau des bénéficiaires.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à réaliser des statistiques. OK Personnaliser